ZAC de la Dhuis


Le projet de Zone d’Aménagement Concerté (Zac) de la Dhuis se situe à l’ouest de la commune de Coupvray.
Développée en concertation avec le SAN du Val d’Europe et la commune de Coupvray, cette Zac établira également des liens avec le projet de zone d’activités développé par la
commune voisine de Chalifert.


ZAC de la Dhuis

Localisation :

Le périmètre de la Zac de 49 hectares est ainsi délimité  :
    * A l’est, par la ligne du TGV,
    * Au nord, par la RD5,
    * A l’ouest, par la limite communale avec Chalifert,
    * Au sud, par le boulevard circulaire.

Les objectifs du projet  :
    * Permettre le développement économique d’un nouveau site accueillant un ensemble diversifié d’entreprises et d’activités ;
    * Contribuer à développer le tissu économique sur ce secteur du Val d’Europe et, plus largement, de Marne-la-Vallée ;
    * Conforter l’équilibre socio-économique de la commune de Coupvray ;
    * Favoriser la création d’emplois et de richesses sur ce territoire communal, en prenant en compte toutes les dimensions du développement durable ;
    * Améliorer la mise en relation du territoire communal avec le reste du territoire.

La concertation définie par EPAFRANCE et la commune de Coupvray repose sur trois éléments :

  • La sensibilisation de la population par une publication ou par voie de communiqué dans la presse locale ;
  • L’organisation d’une exposition publique en mairie de Coupvray, pendant les heures d’ouverture au public, destinée à expliquer le projet ;
  • Le dépôt d’un registre en mairie de Coupvray mis à la disposition des citoyens aux heures d’ouverture et sollicitant leurs avis. Ceux-ci seront pris en compte au moment du bilan de la concertation réalisé par EPAFRANCE.

L’exposition publique qui se tiendra du 12 janvier au 14 mars 2015, en mairie de Coupvray.

Le projet :

Organiser le développement de la zone en prenant en compte son environnement
  • par un aménagement maîtrisé dans le temps, en phases successives, assurant une cohérence et une continuité urbanistique à chacun des stades de sa réalisation. Ces aménagements seront dimensionnés en adéquation avec l’équilibre financier des collectivités locales,
  • par la mise en place d’un réseau d’espaces publics (rues, noues plantées) permettant de relier la Zac de la Dhuis et les secteurs voisins,
  • par la création de liens avec le projet voisin de zone d’activité sur la commune de Chalifert,
  • par le maintien d’une emprise pour permettre de créer une liaison routière entre la RD934 et la RD45.
Conforter l’équilibre emploi/habitat de la commune de Coupvray
  • en implantant des emplois favorisant le meilleur équilibre possible emploi/habitant sur la commune,
  • en rapprochant les sites d’emplois des habitants,
  • en diversifiant le tissu économique de la commune par la création d’activités, de services et d’équipements de type PME/PMI, activités artisanales...
Contribuer à développer le tissu économique par une meilleure desserte
  • par la réalisation d’une liaison routière nord-sud permettant d’initier le contournement de Chalifert et de réduire ainsi les traversées de bourgs,
  • par le prolongement de la trame viaire, des chemins piétonniers existants et des voies cyclables,
  • par la création d’un réseau de circulations douces (vélos, piétons) permettant d’accéder aux quartiers voisins et aux différents équipements du Val d’Europe,
  • par la mise en relation des réseaux routiers existants en périphérie (Chalifert, Chessy et Coupvray), contribuant à la mise en oeuvre d’un réseau routier hiérarchisé.
Veiller à la qualité des aménagements et des constructions
  • par la valorisation de la circulation des eaux pluviales sur le site,
  • par la recherche d’une labellisation environnementale,
  • par une bonne intégration des nouveaux bâtiments dans le site en termes de volumétrie, d’aspect architectural et dans le respect des paysages existants, notamment de la covisibilité avec le parc du château de Coupvray,
  • par la prise en compte dans la conception de la ZAC du bassin d’eaux pluviales BEP23a, de son accessibilité et de ses milieux naturels attenants,
  • par la préservation et la valorisation des trames végétales existantes et de l’aqueduc de la Dhuis de façon à permettre une mise en relation avec les bords de Marne,
  • par la mise en place d’un réseau de circulations douces permettant une alternative crédible au déplacement automobile pour les liaisons domicile/travail,
  • par un traitement qualitatif de la D934 et des accès sur le barreau de la jonction RD934 - boulevard circulaire.
Améliorer la mise en relation du territoire communal avec le reste du territoire par :
  • le prolongement de la trame viaire, des chemins piétonniers existants et des voies cyclables,
  • le maintien d’une emprise pour permettre de créer une liaison routière entre la RD934 et la RD45.