Les potentiels de développement résidentiel à Marne-la-Vallée


Le nombre important d’opérations de logements développées actuellement à Marne-la-Vallée témoigne du dynamisme du territoire en la matière.


La future station multimodale du Grand Paris Express à Noisy-Champs © Atelier Duthilleul

A L'OUEST 

De fortes potentialités de développement autour d'un pôle d'innovation urbaine

Le fort potentiel de développement de ce pôle et sa situation stratégique ont contribué à la décision du Premier ministre de faire de la ligne 15 « Pont de Sèvres – Noisy-Champs » la première ligne mise en service du Grand Paris Express. L’implantation dès 2022 de deux stations du métro automatique, appelées à devenir des noeuds d’interconnexion majeurs de la région, renforce l’attractivité de cette polarité en plein développement.

Le quartier Marne Europe

La station de Bry-Villiers-Champigny s’implantera dans le futur quartier « Marne Europe ». Elle ouvre des perspectives d’aménagement qui bénéficieront largement à l’ensemble de ce secteur, notamment en termes d’infrastructures de transport : connexion avec la ligne E du RER, mise en place de transports en commun en site propre…
Au-delà du pôle gare, les bases du développement d’un nouveau quartier d’habitat et d’affaires durable qui intègre des activités économiques, des logements, des équipements publics, des commerces… sont ainsi posées. Autant de services qui contribueront à la qualité de vie des habitants et représenteront un potentiel de plus de 3 000 emplois.
L’implantation tertiaire bénéficiera de l’important effet de vitrine sur l’A4, marquant l’entrée sur le territoire de Marne-la-Vallée. 

Le projet est confié à l'équipe de maîtrise d'oeuvre RUELLE, Grand Prix d'Urbanisme 2015.

La Cité Descartes

Avec son potentiel de 840 000 m2 dont 400 000 m2 de bureaux à construire, le quartier qui se déploiera autour de la station Noisy-Champs – conçu par les Ateliers Lion Associés – prévoit la construction de logements, de bureaux, de commerces, de services et d’équipements publics qui feront de cette nouvelle centralité un véritable lieu de vie. L’ensemble de ces aménagements vise à :

  • accueillir des entreprises tertiaires en lien avec les activités développées au sein du cluster Descartes
  • construire des logements bénéficiant des facilités d’accès aux transports et permettant aux actifs d’habiter le quartier où ils travaillent
  • offrir des services et des commerces qui assureront une grande qualité de vie aux usagers du secteur
  • produire un quartier à faible empreinte carbonée en utilisant au mieux les mix énergétiques renouvelables

Bussy Saint-Georges

Bussy Saint-Georges est la commune ayant connu la plus forte croissante ces dernières années.

Logements dans le parc du Génitoy à Bussy Saint-Georges  © Epamarne / Paysagiste : J. Osty / photo : Emile Luider

Elle compte aujourd’hui plus de 25 000 habitants,
10 000 logements (30% d’individuels et 70% de collectifs), et continue son développement vers l'ouest où l'entrée de la ville sera valorisée par deux projets d'envergure : un programme mixte de logements, commerces, bureaux et équipements de 78 000 m2, développés par Les Nouveaux Constructeurs d'une part et une zone commerciale et de loisirs, d'autre part.

Vers l'est, l'écoquartier « Le Sycomore » accueillera 4 500 logements à terme. Il sera desservi par un bus à haut niveau de service qui reliera la gare RER de Bussy Saint-Georges et s’insérera, à terme, dans la liaison Chessy-Torcy.

Un programme d’équipements publics et privés (scolaires, sportifs culturels et cultuels…) et de commerces et services de proximité est prévu.
Un parc urbain de 16 ha ainsi que de nombreux espaces verts assurent un cadre de vie de qualité, permettant ainsi la transition avec les espaces naturels classés des vallées de la Brosse et de la Gondoire.

A L'EST

En raison de logiques territoriales fortes et destiné à devenir le « cluster tourisme » du Grand Paris, la partie est du territoire représente l’un des potentiels de développement les plus importants de Marne-la-Vallée. Regroupant les communes de Chanteloup-en-Brie, Jossigny et Montévrain, ainsi que les cinq communes du Val d’Europe : Bailly-Romainvilliers, Chessy, Coupvray, Magny-le-Hongre et Serris, le secteur a intégré Villeneuve-le-Comte en juillet 2012, en lien avec le projet Villages Nature, situé également sur le territoire de la commune.

Montévrain : Cette commune se développe essentiellement au pied du RER A et à proximité du centre urbain du Val d’Europe. En effet, la convention éco-quartier signée en mars 2009 entre l’Etat, la commune et EPAMARNE, permettra à la commune de proposer à terme environ 3 000 logements familiaux et 1 000 logements spécifiques, ainsi que 150 000 m² de bureaux, 23 ha d’activités et 60 000 m² de services et commerces.

Le projet est aujourd’hui à mi-parcours avec 1 545 logements familiaux livrés et 283 en chantier, ainsi qu'environ 650 logements spécifiques livrés.

Plusieurs équipements dont un groupe scolaire et un centre de loisirs, une crèche, des aires de jeux, un city-stade et un parc de stationnement relais labellisé BBC sont déjà construits. Un second groupe scolaire ainsi qu’un complexe sportif passifs sont en cours de construction. Leur livraison est prévue en 2016.

Chanteloup-en-Brie : la commune s’urbanise harmonieusement dans la continuité du bourg et le respect des espaces naturels et agricoles. La diversité et la qualité de l’offre de logements, ainsi que les services et commerces de proximité, assurent la possibilité d’un parcours résidentiel adapté à tous types de résidents.

Ces deux communes font partie de la Communauté d’Agglomération de Marne-et-Gondoire.

Le Val d’Europe

Le Val d’Europe est un territoire en plein développement. Premier site touristique d’Europe avec 16 millions de visiteurs chaque année, le Val d’Europe dispose d’un centre commercial d’envergure régionale, de deux gares RER et d’un hub TGV qui relie les grandes métropoles françaises et internationales.

Marne-la-Vallée s’est développée depuis 25 ans sur le territoire du Val d’Europe dans le cadre d’une convention exemplaire et unique en son genre entre l’Etat, la société Euro Disney et les collectivités locales.
Renforcé en 2010, ce partenariat a permis d’établir un Programme d’Intérêt Général (PIG) qui met en perspective à l’horizon 2030 l’évolution du Val d’Europe pour constituer un bassin de vie de 60 000 habitants.

Une nouvelle phase de croissance

 Une nouvelle étape de l’aménagement de Val d’Europe, communément appelée « phase IV », est actuellement en cours, assurée par EPAFRANCE, en partenariat avec les collectivités locales et la société Euro Disney. Avec plus de 2 milliards d’euros d’investissements publics et privés, cette nouvelle phase aura un impact économique majeur sur l’essor de Val  d’Europe et des parcs de loisirs Disney. Le programme prévoit la construction de près de 4 600 logements et résidences et la réalisation de plus de 625 000 m² d’activités tertiaires et touristiques. Un plan d’actions en matière de développement durable accompagne ces projets d’aménagement, mettant en particulier l’accent sur la mixité fonctionnelle, le  développement des transports collectifs, les réseaux de chaleur et la gestion de l’eau et des déchets.